Petit rappel de la promesse :

En 2007, sur les 17,8% de retards sur la ligne D, aux heures de pointe :
  • 20% étaient liés à l'encombrement du tunnel Châtelet - Gare du Nord,
  • 15% avaient pour cause des défaillances d'infrastructure,
  • 33% étaient directement imputables à la SNCF,
  • 32% avaient pour origine les actes de malveillance, les accidents de personne, les colis suspects, les alertes à la bombe, les suicides, ...

L'objectif est de diminuer d'un tiers et si possible de la moitié le nombre de trains en retard sur la ligne D en 18 mois (fin 2009).


Pour gagner 5 points de régularité, des actions ont d'ores et déjà été décidées avec le STIF :

  • pour alléger le trafic du tunnel du Châtelet, au prochain « service d'hiver », mi-décembre 2008, le nombre de trains sera réduit de 12 à 8 aux heures de pointe et les dessertes seront réaménagées,
  • pour fluidifier également la circulation dans le tunnel, le changement des conducteurs SNCF/RATP à la gare du Nord sera supprimé avant mi-2009.
  • pour prendre moins de retard lors des arrêts des trains dans les gares les plus chargées : l'expérience des « régulateurs de flux » menée avec le STIF en avril 2008 à la gare du Nord et à la Gare de Lyon sera généralisée. Du personnel aidera donc les voyageurs à monter et à descendre des trains. Les temps d'arrêts sont ainsi mieux respecter.

Des travaux d'infrastructure sont également en cours d'achèvement à Corbeil, Villeneuve et Goussainville. Ils permettront de donner plus de souplesse pour exploiter la ligne et produiront des effets dès juin de cette année.

Pour aller plus loin et gagner en régularité, la SNCF va investir 40 Millions d'euros d'ici fin 2009 pour fiabiliser l'infrastructure, c'est à dire l'état des voies ferrées et des installations.

extrait du discours du Président de la SNCF le 27 mai 2008.


Quinze mois plus tard et à près de trois mois de la fin de l'année 2009, où en est-on ?

Jusqu’en décembre 2008, la branche Combs a bénéficié le soir de trains dérogataires nommés ZUCK, qui, quand ils n’étaient pas supprimés pour raisons diverses et (a)variées, avaient une régularité somme toute correcte, même en couscoussière (les Petits-Gris).

 

 

Hélas, la mise en place le 14 décembre 2008 de la nouvelle desserte D8, pourtant censée réduire d'un tiers l'irrégularité de la ligne D, a provoqué un dommage collatéral sur ces trains, rebaptisés ZECO depuis, rendant leur fonctionnement plus qu’aléatoire….

Nous avons eu la semaine dernière une présentation du schéma de principe du RER D élaboré par le STIF en vue de son adoption par le Conseil d'Administration du 8 juillet. Ce document, qui peut paraitre rébarbatif de prime abord n'en demeure pas moins très important pour l'avenir du RER D a moyen terme, et par rapport à l'évolution des conditions de voyages qui se profilent.

A la lecture de l'avant projet relatif à l'aménagement de la future gare de Pompadour, inutile de cacher que nous n'étions pas optimistes quant au côté 'usager friendly' des orientations envisagées. Malheureusement, ce schéma de principe honteusement intitulé "RER D+" confirme nos craintes :

 

Au lendemain d’un comité de ligne du RER D, où il a été annoncé que tout allait bien et que les gros projets verraient le jour... mais pas avant 2020 ; nous avons eu encore ce jour une preuve criante de l’inadaptation du RER D face à une perturbation majeure.

En effet, ce matin est survenu à 6h30 un accident grave de voyageur qui a perturbé la ligne jusqu’à au moins 16h.

Certes, l'événement n'est pas à imputer à la SNCF. Toutefois, en y regardant de plus près, Jean Pierre Farandou avait annoncé en février dernier que la SNCF allait lutter contre les suicides. Or, il y en a eu 2 en deux semaines sur notre ligne. Il serait grand temps qu’il nous dise concrètement ce qui a été fait sur le sujet, ses annonces remontent à janvier dernier. Prendre la parole pour un sujet, c’est bien, à condition que ce soit suivi d’actes concrets...

Nous nous interrogeons par ailleurs sur le fait qu’il se soit écoulé plus d’une heure, selon la SNCF, entre l’accident et l’intervention de l’officier de Police judiciaire, seule personne habilitée à faire reprendre le trafic dans ces tragiques circonstances. Par ailleurs, d’après nos sources, l’accident de personne de Savigny le Temple avait également entrainé une longue perturbation pour une durée d’enquête allongée. Qu’en est-il donc de la coordination entre la SNCF et les forces de l’ordre ?

Enfin, comme d’habitude malheureusement, nous n’avons pu que constater l’impossibilité pour les voyageurs de se diriger vers des solutions de transport alternatives.

Combien de temps va-t-il falloir attendre avant que la situation s’améliore de façon pérenne ?

Les usagers en ont de plus en plus marre d’attendre !!!

Après un mois de mai relativement calme, la branche Combs-la-Ville a vécu ce matin un cruel retour à la réalité de la ligne D.


En effet, un train circulant à vide a déraillé à Melun. Au vu des constatations faites sur place, nous supposons qu'il allait de la voie 1bis vers les voies de garage. La photo ci-dessous, prise ce matin depuis le quai de la voie 2, montre que le train, qui avait en partie quitté la gare, était immobilisé à hauteur de l'entrée du faisceau des voies de garage :

 

Cet incident a fortement perturbé la branche Combs-la-Ville pendant la pointe de ce matin. Il a permis de rappeler à tous :

- qu'il restait encore des progrès à faire en termes de communication en cas de perturbation : en effet, si la radio ligne D a été assez réactive et précise sur ce qui s'était passé, il n'en a pas du tout été de même sur les quais (où selon les témoignages que nous avons pu avoir sur notre forum, aucune ou très peu d'annonces ont été faites sur les quais) ou sur le site transilien.com (à 6h55, alors que la radio avait déjà annoncé la suppression de 3 LUCA Melun - Orry-la-Ville successifs, la situation de la ligne D y était toujours indiquée comme normale). De même, les mentions apportées aux bulletins de retard n'ont pas vraiment reflété la situation (il s'agissait d'un incident sur l'infrastructure fixe et non d'un incident d'exploitation),

- que malgré les annonces que nous pouvons avoir de part et d'autres, les besoins de renforcement d'infrastructure sont réels,

- que la gestion du RER D en cas de situation perturbée reste chaotique.

 

Bref, le 'système RER D' est loin d'être guéri. Espérons que le retour de ce soir sera moins compliqué...

 

réagissez à cet article dans le forum

En politique, lorsqu'une équipe gouvernementale aux commandes n’est pas satisfaite des résultats des élections, elle procède à ce qui s’appelle « la redistribution du découpage électoral ». Toutes les excuses sont bonnes pour se livrer à ce genre d’exercice pour le moins douteux.  Mais là n’est pas notre propos car ici nous ne devons parler que du RER D et de sa gestion calamiteuse.

Tout un chacun, même à la direction de la D, aura compris que les résultats du plan D8 ne sont pas à la hauteur des espérances car l’irrégularité 2009 est, jusqu’à présent, pire que celle de 2008. Compte tenu qu’il était impossible de revenir à court terme au plan de circulation précédent et qu’il fallait quand même faire bonne figure et faire croire, qu’après tout, ce plan D8 était satisfaisant, la direction de la D a publié ses propres statistiques en adaptant des règles de comptage qui allaient lui permettre d’obtenir le résultat souhaité, ou tout au moins de s’en approcher.

Nous ne ferons pas le jeu de la direction de la D et nous n’entrerons pas dans la polémique en nous lançant dans une analyse en profondeur :

  • des nouvelles règles de comptage,
  • des résultats obtenus.

Nous nous en tiendrons donc à la seule déontologie de ce type d'opération menée en catimini, sans aucune information préalable, que ce soit des élus ou encore des associations représentatives de la ligne D.

Les seuls chiffres officiels de l'irrégularité sont ceux publiés par le STIF et ce sont les seuls chiffres qui feront foi lorsque la SNCF ira plaider sa cause et le montant de ses amendes auprès de cet organisme. Aujourd’hui encore, les nouvelles règles de comptage souhaitées par le STIF et qui aggraveraient encore les résultats de mesure de la régularité sur la ligne D ne sont pas mises en place.

Alors pour nous il n’y a qu’un seul résultat qui compte, c’est le résultat de la régularité tel qu’il est transmis au STIF et tel qu’il devrait figurer dans les publications du Transilien. Encore une fois les usagers sont enfumés par une direction qui ne voit qu’une seule chose, obtenir "le chiffre qui va bien" et ceci en faisant semblant d'ignorer tous les problèmes d'exploitation de la ligne.

Non, monsieur le directeur de la D, ne perdez pas de temps à jouer avec les chiffres car le D-CollecTOR, proposé par SaDur, sera toujours là pour vous rappeler que le ressenti des usagers n'est pas ce que vous osez transcrire dans vos publications.

 

Le 3 avril dernier (lendemain de la panne électrique à gare du Nord le matin), un client, visiblement excédé par les perturbations de la veille sur la ligne RER D, a pris l’initiative de refuser de présenter son titre de transport lors d’un contrôle en gare à Boussy St Antoine. Il s’est alors fait appréhender par les forces de l’ordre, et a été verbalisé, alors qu’il était en règle, pour 'refus d'obtempérer à un agent de la SNCF'.

Le Voyageur nous ayant contacté pour nous faire part de son témoignage, nous avons décidé de vous en parler également.

En effet, nous tenons ici à préciser que la SNCF a tout à fait le droit de verbaliser ce client. En revanche, comme pour tout il y a la loi et l'esprit de la loi, et là, plusieurs points nous ont interpelé :

 

De plus en plus fort  : la SNCF utilise  la désinformation à très haut niveau comme nouvelle tactique pour masquer son incapacité à gérer  la ligne D dans l'intérêt de ses clients.

En effet, dans un article du journal Le Parisien (édition du Val d'Oise du 30 mars 2009), Le ministre des transports, M. Dominique Bussereau, nous offre l'analyse suivante :

« Vous avez raison de rappeler la très mauvaise qualité du service offert sur la ligne D, c’est une priorité du gouvernement, comme le barreau de Gonesse. Cette ligne a toutefois été renforcée et des trains omnibus ont permis d’en améliorer la fluidification. De plus, la région Ile-de-France et l’Etat financent les nouvelles automotrices et la rénovation des rames. Il convient également de ne pas oublier l’investissement, par la SNCF, de 100 millions d’euros en vue d’améliorer la ponctualité, l’information, la sécurité et le confort sur cette même ligne. »

Je laisse le soin aux usagers de la partie nord de la ligne d'apprécier la phrase : « Cette ligne a toutefois été renforcée et des trains omnibus ont permis d’en améliorer la fluidification.»

Je laisse de côté « les nouvelles automotrices et la rénovation des rames » , qui, comme chacun le sait, contribuent beaucoup à l'amélioration de la régularité de la ligne D : les fameuses nouvelles automotrices ne sont pas destinées à la ligne D et la rénovation des rames consiste en un coup de peinture sur les rames et un changement de la garniture des sièges.

Quant à ces fameux 100 millions d'euros investis par la SNCF, l'association SADUR a largement commenté et démontré les contre-vérités et les mauvais choix du plan D-Maintenant.

Réagissez à cet article dans le forum

La SNCF est D-espérée, elle ne comprend pas pourquoi nous ne sommes pas heureux avec la D8.

Pourtant, elle fait tout pour nous convaincre des bienfaits de cette nouvelle desserte. Par exemple, son dernier communiqué sur le site Transilien en Direct, nous informe :

  • qu'elle n'est aucunement responsable de tous les problèmes survenus sur la ligne depuis le 17 décembre 2008.
  • qu'elle a enfin trouvé un avantage à la D8 : les trains ont plus de temps pour se retourner aux terminus au Nord de la ligne.

Sur ce dernier point, n'y avait-il pas d'autres solutions pour obtenir le même résultat ?

ou comment la SNCF noircit volontairement le tableau et se moque de ses clients.

Dans un article publié par le journal Le Parisien le 27 février 2009 au sujet de la protestation que le député du Val d'Oise, M. Yannick Paternotte, a adressé au STIF ( voir l'article ), la SNCF déclare :

« Mais les conséquences de ces retards auraient sans doute été pires si elle n’avait pas été appliquée », insiste-t-on à la direction de Paris Nord de la SNCF. Selon eux, la réduction du nombre de trains permet une meilleure réactivité en cas d’incident. Dans le tunnel entre la gare de Lyon et la gare du Nord, il y a en effet un passage toutes les cinquante secondes en heures de pointe. Un problème sur un train entraîne ainsi une réaction en chaîne. Par ailleurs, la SNCF a débloqué la somme de 42 millions d’euros pour améliorer les infrastructures.

On voit là toute la mauvaise foi et le cynisme qu'emploie maintenant la SNCF pour justifier son incapacité à faire fonctionner convenablement la ligne de RER D.

Vous posez des questions sur le site "Transilien" et vous avez marre des réponses toutes faites, incomplètes ou encore hors sujet; nous avons une proposition à vous faire.


Le site SNCF dédié au Transilien vous offre la possibilité de poser des questions ou de formuler des réclamations à travers un formulaire. Il s'avère que la qualité et la pertinence des réponses varie énormément en fonction du sujet et de l'interlocuteur en charge de votre question.

Nous avons un nombre significatif de remontées d'usagers non satisfaits par les réponses qui leur ont été faites; lorsque ces réponses sont faites. Aussi nous avons décidé de recenser ces cas et de les porter à la connaissance de la direction de la ligne D.

Si vous êtes dans cette situation communiquez nous une copie des questions que vous avez posées et des réponses que vous avez obtenues. Nous ferons en sorte d'obtenir une amélioration de ce service dû à l'usager. Pour cela postez un message sur le forum Sadur.

Vos réactions et vos réponses dans le forum

Informations supplémentaires