Depuis des mois et des mois des promesses sont faites aux usagers de la ligne D :

- régularité
- information
- infrastructure 

A cela s'ajoute, toujours plus de trains fret en heure de pointe.

L'année 2007 s'est terminée sur les pires perturbations que nous avons tous pu connaître depuis des années.

Alors qu'un schéma directeur nous berce de promesses d'améliorations à la fin de l'année 2008, le STIF nous propose à l'horizon 2012 des trains tout omnibus et des trajets plus long de dix à quinze minutes.

Aujourd'hui Sadur appelle les usagers de la ligne D à venir manifester leur colère et à réclamer de véritables mesures pour la ligne D du RER le :

26 janvier 2008 à Brunoy à 10h00, place de la gare.

L'Etat, le STIF, la SNCF et RFF doivent dès aujourd'hui lancer un vaste plan de modernisation du RER D.

 Afin d'éviter tous problèmes juridiques qui pourraient mettre en cause l'existence même de l'association, la manifestation se tiendra devant la gare de Brunoy, il n'y aura pas d'intrusion dans l'enceinte de la SNCF (gare et voies).

- rassemblement devant la gare à 10h ,
- discours de Sadur,
- prise de parole des élus,
- dispersion à 11h00.

En espérant pouvoir compter sur la présence du plus grand nombre.
Le Conseil d'Administration de SaDur.

En ce matin ensoleillé du 26 janvier, plus de deux cents personnes ont répondu à l'appel de SaDur et sont rassemblées devant la gare de Brunoy pour exprimer leur exaspération contre le service fourni par la SNCF sur la ligne RER D.


Il s'agit non seulement d'usagers en provenance de toutes les branches de la ligne D, d'élus et de candidats aux prochaines élections, de journalistes de la presse écrite et télévisée, mais également des forces de l'ordre et d'un huissier mandaté par la direction de la D pour rendre compte de la manifestation.

Vous l'avez certainement lu sur notre forum, la SNCF a admis pour le mois de décembre dernier plus de 30% d'irrégularité sur la ligne D. Au vu ce triste record, SADUR a décidé de marquer le coup et d'adresser au STIF une demande de dédommagement. Plutôt que nous épancher, nous avons préféré vous livrer le contenu de ce courrier: