Le 26 novembre 2009, en gare de Maisons-Alfort - Alforville, une porte s'est refermée sur le bras d'un voyageuse qui est restée coincée ainsi jusqu'au prochain arrêt à Gare de Lyon.


Cet accident nous a été relaté par un témoin qui nous a décrit les circonstances mais aussi les conditions terrifiantes et choquantes dans lesquelles il s'est produit.

Voici son témoignage :

Officiellement, la branche « Corbeil - Melun » fait partie du RER D. Mais, dans les faits, il apparaît que la SNCF et le STIF se moquent complètement de cette branche et aimeraient bien la faire disparaître définitivement.

Au fil des années, ils ont réussi à dégoûter de plus en plus de voyageurs d'emprunter les trains qui y circulent (ceux qui arrivent à circuler) tant son exploitation est désastreuse :

  • pas de liaison avec Paris aux heures de pointe ;
  • circulation de navettes aux heures de pointe entre Juvisy et Melun avec obligation de changer à Corbeil ou à Melun pour les voyageurs désirant aller à Paris ;
  • correspondances aléatoires à Corbeil, à Juvisy ou à Melun ;
  • trains hors d'âge aux heures de pointe : rames inox (Z5300) âgées de plus de 40 ans, inconfortables, tombant souvent en panne et incapables de monter les pentes du « Plateau » lors de mauvaises conditions météo.


Mais que veut la SNCF ?


Après : « c’est la faute aux usagers »
Apres : « c’est la faute aux grévistes »
Après : « c’est la faute à la météo »
Après : « c’est la faute aux voleurs »
Après : « c’est la faute à pas-de-chance »
Après : « c’est la faute aux colis suspects »
Après : « c’est la faute aux conflits de circulation »

C’est maintenant la faute :


« aux maires qui construisent des logements à 50 km de Paris »,  et donc des voyageurs en plus dans les trains,... mais la SNCF ne peut pas faire face.

« aux entreprises qui construisent des immeubles autour de Paris sans en avertir la SNCF », et donc des employés en plus dans les trains,... mais la SNCF ne peut pas faire face.


La SNCF veut-elle :

- Des trains sans voyageurs ?
- Des trains sans conducteurs ?


Si la SNCF ne veut plus transporter de voyageurs, qu’elle nous le dise et qu’elle aille sur la planète Mars installer un réseau automatique sans usagers et sans cheminots. Pas sûr non plus que les Martiens apprécient… ils seraient capables eux-aussi d’occuper les voies et de faire grève.

Malgré un délai très court de préparation et d’information, plus de 100 personnes se sont réunies devant la gare de Yerres pour exprimer, avec leurs élus, l’exaspération qu’elles ressentent face aux dysfonctionnements incessants de la ligne D du RER.


L’association SaDur insiste sur le fait qu’au-delà des pannes et des incidents qui perturbent régulièrement la ligne, il y a aussi la manière dont la SNCF gère ces événements et s’occupe des voyageurs bloqués dans les trains.

Ce nouveau comportement s’ajoute à la liste des autres causes de notre mécontentement : irrégularité chronique, pannes incessantes, suppression de trains, …

Nous nous sommes réunis pour dire que "Trop c’est Trop". Pour dire que malgré les promesses du Plan D-Maintenant, la situation ne s’améliore pas, au contraire :

- Les conflits de circulation qui retardent nos trains sont toujours là et ce malgré la D8 (suppression de trains sur la branche Nord) et malgré la suppression de la relève des conducteur du RER B à gare du Nord.

- Les pannes de signalisation sont toujours aussi nombreuses.

- Les pannes de trains ne concernent pas que les Petits-Gris.

- Les pannes d’alimentation électrique et les problèmes de caténaires continuent en dépit du plan « examen des caténaires  ».

Au lendemain des incidents qui ont eu lieu mercredi 14 octobre 2009 vers 23H30 au niveau de la gare du Vert-de-Maisons, et le matin du jeudi 15 octobre 2009 au niveau de la gare de Vigneux, la SNCF a beaucoup communiqué sur un vol de câbles qui aurait, selon elle, provoqué la première panne mercredi vers 23h30.

La SNCF a porté plainte, ce qui lui permet entre autres, de ne pas avoir à se justifier et ainsi détourner l’attention de tous les autres incidents qui ont émaillé la première quinzaine du mois d’octobre (panne de signalisation à la sortie de la Gare de Lyon dans l’après midi du 8 octobre, panne d’un train dans le nuit du 8 au 9, panne à Vigneux le 15, …).

Concernant la plainte déposée par la SNCF pour le vol de câble, rien ne prouve que ce vol soit à l’origine directe de l’incendie de l’armoire qui aurait ensuite détruit plus de 800 circuits. Plusieurs sources d’informations tendent à penser le contraire. L’article du site internet du Parisien laisse planer un doute sur la relation entre l’incendie et le vol :

« Pierre Izard, directeur général de l'infrastructure à la SNCF, avait expliqué jeudi à l'AFP qu'au passage d'un train à proximité de Vert-de-Maisons, à huit kilomètres au sud de Paris, dans la nuit de mercredi à jeudi, une surchauffe a produit un incendie dans un centre de signalisation. Les câbles volés étaient justement «destinés à dériver des phénomènes de surtension électrique», précise une source judiciaire »

L'Association SADUR appelle tous les usagers et leurs élus à manifester samedi 17 octobre 2009 devant la gare de Yerres à 14 heures.

TROP c'est TROP ! Après un début de mois d'octobre catastrophique, les gros retards s'accumulent sur la ligne D et les conditions de transport vont de mal en pis :

  • Le jeudi 8 octobre, un train en panne à deux pas de la Gare de Lyon a entraîné la séquestration de centaines de personnes pendant 4h et ce en pleine nuit.
  • Le mercredi 14 octobre au soir, suite à une rupture de caténaire, des retards subis de 3 heures environ ont été constatés. Là encore, les voyageurs ont dû rester dans le train pendant des heures.
  • Jeudi 15 octobre, suite à deux pannes électriques, les usagers se sont retrouvés face à une ligne digne d'elle même: 1 train sur 2, des retards frisant avec la paire d'heures, des informations défaillantes voire complètement absentes... Ces pannes auront des conséquences jusqu'à samedi.

Ces incidents à répétition démontrent que le STIF et la SNCF sont incapables de gérer nos transports quotidiens. Les usagers de la ligne D ne peuvent plus le supporter. 

Un jour prochain, nous serons peut-être nous aussi obligé de pousser nos rames nous même   › voir la vidéo

Après une pointe du soir apocalyptique suite à un problème de signalisation (encore un), qui a entrainé des retards et de nombreuses suppressions, on aurait pu croire que la fin de la soirée du 8 octobre 2009 se passerait sans histoire.


Malheureusement, les voyageurs du ZUCO de 23h38 le confirmeront à leurs dépens. Un dernier incident, qui restera dans les annales de la ligne D, est venu clôturer cette soirée. Ceci s'est traduit par un véritable calvaire pour les voyageurs qui sont arrivés en gare de Maisons Alfort au bout de.... 4 heures et demie !
 

L'été et les grandes vacances de la ligne D, malgré quelques incidents importants d'ailleurs rappelés par la SNCF dans son point communication régularité, ont  été, comme le veut la tradition, somme toute assez calmes.

Malheureusement, depuis une dizaine de jours maintenant, nos conditions de transport recommencent à avoir sérieusement tendance à se dégrader.  En effet, certains vieux démons dont on se serait bien passé (retards importants, suppressions, sans parler de la grève du 29 septembre), sont en train de réapparaitre...

Petit rappel de la promesse :

En 2007, sur les 17,8% de retards sur la ligne D, aux heures de pointe :
  • 20% étaient liés à l'encombrement du tunnel Châtelet - Gare du Nord,
  • 15% avaient pour cause des défaillances d'infrastructure,
  • 33% étaient directement imputables à la SNCF,
  • 32% avaient pour origine les actes de malveillance, les accidents de personne, les colis suspects, les alertes à la bombe, les suicides, ...

L'objectif est de diminuer d'un tiers et si possible de la moitié le nombre de trains en retard sur la ligne D en 18 mois (fin 2009).


Pour gagner 5 points de régularité, des actions ont d'ores et déjà été décidées avec le STIF :

  • pour alléger le trafic du tunnel du Châtelet, au prochain « service d'hiver », mi-décembre 2008, le nombre de trains sera réduit de 12 à 8 aux heures de pointe et les dessertes seront réaménagées,
  • pour fluidifier également la circulation dans le tunnel, le changement des conducteurs SNCF/RATP à la gare du Nord sera supprimé avant mi-2009.
  • pour prendre moins de retard lors des arrêts des trains dans les gares les plus chargées : l'expérience des « régulateurs de flux » menée avec le STIF en avril 2008 à la gare du Nord et à la Gare de Lyon sera généralisée. Du personnel aidera donc les voyageurs à monter et à descendre des trains. Les temps d'arrêts sont ainsi mieux respecter.

Des travaux d'infrastructure sont également en cours d'achèvement à Corbeil, Villeneuve et Goussainville. Ils permettront de donner plus de souplesse pour exploiter la ligne et produiront des effets dès juin de cette année.

Pour aller plus loin et gagner en régularité, la SNCF va investir 40 Millions d'euros d'ici fin 2009 pour fiabiliser l'infrastructure, c'est à dire l'état des voies ferrées et des installations.

extrait du discours du Président de la SNCF le 27 mai 2008.


Quinze mois plus tard et à près de trois mois de la fin de l'année 2009, où en est-on ?

Jusqu’en décembre 2008, la branche Combs a bénéficié le soir de trains dérogataires nommés ZUCK, qui, quand ils n’étaient pas supprimés pour raisons diverses et (a)variées, avaient une régularité somme toute correcte, même en couscoussière (les Petits-Gris).

 

 

Hélas, la mise en place le 14 décembre 2008 de la nouvelle desserte D8, pourtant censée réduire d'un tiers l'irrégularité de la ligne D, a provoqué un dommage collatéral sur ces trains, rebaptisés ZECO depuis, rendant leur fonctionnement plus qu’aléatoire….

Informations supplémentaires