Au cas où vous ne seriez pas encore au courant, les horaires du  RER D vont changer à partir de décembre 2013. Ceci a été décidé en juillet 2009 par le STIF, nous nous sommes déjà exprimés un certain nombre de fois sur ce sujet.

Pour rappel, la desserte votée en 2009 :

Le futur plan de desserte tel que voté par le STIF en 2009

 

Bien entendu, c'est l'ajout d'arrêt entre Paris et Villeneuve saint Georges sur des trains qui ne s'y arrêtaient pas avant, et par ailleurs déjà très remplis actuellement, qui fait débat.

Depuis, le STIF a demandé à la SNCF et RFF des études complémentaires, pour vérifier comment il était possible de faire évoluer ce type de desserte, notamment à la demande de Sadur, qui a été reçue sur ce sujet en fin d'année dernière.

Or, à ce jour, rien n'a encore été annoncé publiquement sur le sujet, alors que :
- Le STIF nous avait promis fin 2011 une concertation avant la fin de l'année 2012, avec une présentation au plus tard en septembre dernier
- Pour que la nouvelle desserte soit effective en décembre 2013, les modalités doivent être arrêtées en avril.

Une preuve s'il en est : le comité de ligne qui devait se tenir au printemps n'a toujours pas eu lieu... Et il n'y a toujours pas de date annoncée !

Nous constatons que ces reports de présentation sont en train de pourrir la situation sur le sujet :

- Pour les usagers que nous sommes, cette future desserte, qui ne sera pas omnibus mais qui entrainera des temps de parcours plus longs, est vécue comme une punition, puisqu'aucune amélioration en contrepartie n'est à attendre : la fréquentation du RER D va continuer à augmenter, à nombre de trains égaux. Ce problème de saturation que nous vivons déjà à la moindre suppression va aller en empirant, puisqu'on ne sait pas ajouter de trains sur les branches ni sur le tronçon central avant 10 ans..... si tant est qu'on trouve les sous pour le faire !

- Plus on reporte cette présentation, moins on laisse de place à la concertation.... Et plus on sent que tout le monde est mal à l'aise avec cette desserte ! Pour rappel , nous avions expliqué dès décembre 2008 à quel point la configuration de la gare de Pompadour allait être préjudiciable au fonctionnement de la ligne, se faisant une fois encore traiter d'oiseaux de mauvais augure... (lire l'article "Pompadour : le vrai visage des ambitions du STIF pour le RER D" écrit alors) Cette gêne serait-elle une reconnaissance implicite de notre lucidité ?

- Pire encore, ceci ouvre une grande brèche à un accaparement politique du sujet, et ce à 18 mois des municipales. Nous commençons à entendre parler de choses qui ne sont pas exactes, d'un côté comme de l'autre. Et bien entendu, pendant les empoignades, le STIF a libre cours pour continuer à ne rien dire...

Et l'intérêt des usagers dans tout ça ? Ceci donne une franche impression que plus personne n'en a grand chose à faire, ce qui est bien le plus dramatique dans cette histoire ! Ils vont mettre 5 minutes de plus par trajet pour la grande majorité, ne serait-ce pas la moindre des corrections que leur expliquer pourquoi dès maintenant ?

Il va falloir que le STIF et la SNCF mouillent la chemise pour expliquer leurs décisions, aussi impopulaires soient-elles. Et ne pas oublier de rappeler à la SNCF qu'elle a été force de proposition pour le STIF, et que par conséquent elle est aussi partie prenante sur cette affaire (quelles contre-propositions a-t-elle fait alors, par exemple ?). Mesdames, messieurs, vous avez décidé, il serait grand temps d'assumer !

>> N'hésitez pas à commenter cet article sur notre forum <<

Vous avez pu le lire - ou pas, en tous cas le résultat est le même : à partir de vendredi (fin de service), et jusqu'au 26 aout, il n'y aura aucun RER D qui circulera entre Chatelet les Halles et la Gare du Nord.

Autrement dit, sans qu'aucune annonce préalable n'ait été faite , et pour une raison qui n'a toujours pas été portée à notre connaissance malgré notre demande :

- la durée de la rupture d’interconnexion a été portée d'une semaine plus quelques week-ends à désormais presqu'un moins complet !

- Au nord de la ligne, tous les trains ont vu leurs horaires avancés de quatre minutes dans le sens nord-sud.

Et quand on regarde les sites supposés nous renseigner, il y règne le flou artistique le plus complet ! Ceci a de quoi en désorienter plus d'un. Alors, qui croire, à qui se fier pour avoir des informations claires et pertinentes, et ce de façon synthétiques ? Petit tour d'horizon des sites censés nous renseigner :

Vous avez certainement dû vous en rendre compte, en ce moment les suppressions de trains ont repris de plus belle.

Vous aurez certainement aussi remarqué le caractère très aléatoire de l'information diffusée à distance pour signaler ces suppressions :
- Caractère très aléatoire des annonces de suppression pour les ZECO le soir (annonces les 25 et 26 juin, depuis plus rien...alors que pour le 27 6 ZECO sur 9 ont été supprimés !)
- Pour les matinées, l'information semble plus systématique (matinées des 26, 27 et 28) même si rien n'a été diffusé ce 29 juin alors qu'il a été annoncé dès 7h du matin que le dernier DECA serait a minima modifié

 

Depuis quelques mois, la SNCF communique sur la pose d'équipements complémentaires sur ses trains, pour résoudre des problèmes d'adhérence (en oubliant au passage de mentionner qu'elle avait arbitré de ne pas le faire il y a quelques années de ça, mais bon passons...) qui l'avaient lourdement pénalisée fin 2010.

Elle a aussi beaucoup communiqué sur le fait que la régularité de la fin d'année avait été meilleure que celle de l'an dernier (toujours en oubliant de mentionner que globalement 2011 avait été pire que 2010, 21.3% d'irrégularité contre 19.2% en 2010), et que ceci était surtout dû à la pose de ces anti-enrayeurs ("ABS").

Les conditions hivernales de ces deux dernières semaines (et encore, sans neige, rappelons-le) ont été synonymes, comme toutes les semaines de froid de ces dernières années de bazar monstrueux sur le RER D. Et là, bien entendu, si les trains sont en retard, c'est de la faute au froid, vous avez pu l'entendre à maintes reprises sur Radio Ligne D et nous avez aussi pu le voir sur les écrans Infogare.

Pour nous plus qu'une excuse, ce froid saisonnier a encore une fois servi de révélateur.


A la fin du mois de janvier, la SNCF a annoncé le déménagement de son siège vers Saint Denis (Cf article suivant) . Vu du quai, ceci peut prêter à rire : il va falloir que les salariés de la SNCF prennent le RER D pour aller travailler, ils vont voir leur entreprise pas forcément sous son jour le plus reluisant, ça leur donnera de l'humilité, etc... Bref rien de bien méchant.

Or, en creusant un peu le sujet, nous nous sommes souvenus qu'il y a à peine un an, sur un article publié dans « Le Monde », la SNCF, par la voix d'Alain Krakovitch (bien connu ici), expliquait le plus sérieusement du monde... qu'il fallait que les entreprises arrêtent de s'installer le long des lignes de RER saturées (lien ici - article payant). Message repris aussi sur la présentation de la SNCF au comité de ligne du RER D le 14 février 2011 (Page 6 de la présentation... où le siège de la SNCF n'est d'ailleurs pas mentionné !).

Autrement dit, même si une partie de l'activité part à Lyon, force est quand même de constater que la SNCF n'a pas appliqué à elle-même ce qu'elle a demandé aux autres de faire.... Joli cas d'exemplarité, non ?

Photo : par Eole99 (Travail personnel) [GFDL ou CC-BY-SA-3.0-2.5-2.0-1.0], via Wikimedia Commons
Vous avez certainement rencontré des difficultés sur votre trajet du vendredi 16 décembre au soir, pour rentrer chez vous. En effet, comme vous l'avez entendu, un arrachage de caténaire s'est produit au nord de la ligne, ce qui a entrainé la situation que vous avez vécue (pas de train au nord, peu de trains au sud).

D'ailleurs, nous avons reçu le mail d'explication suivant :

Deux incidents ont très fortement perturbé la circulation des trains du RER D en pleine pointe de soirée du vendredi 16 décembre 2011.

Au nord de la ligne, c'est un arrachement de la caténaire entre Goussainville et Orry la Ville qui s'est traduit dès 17h50 par une coupure générale de l'alimentation électrique de l'ensemble des voies et pour l'ensemble des trafics (RER, TER, Intercités, TGV, fret) de la région de Paris Nord.
Si l'incident concernait bien les voies 'rapides', il a fallu attendre les premières constatations sur le terrain avant de pouvoir réalimenter de façon partielle les zones non concernées par l'incident.
Vers 19h, le RER D a pu reprendre ses missions jusqu'à Villiers le Bel.
Cet arrêt au nord s'est bien évidemment répercuté très rapidement au sud: rétention des trains puis suppressions et retards avec modifications de dessertes.

La circulation déjà difficile avec cet incident s'est encore aggravée avec un bagage abandonné, traité en colis suspect, au niveau de la voie 3 en gare souterraine de Paris Lyon. De 19h15 à 20h, les 2 voies 1 et 3 ont été interdites à la circulation.

Côté nord, après investigations, le RER D a repris ses missions au delà de Villiers le Bel vers Creil vers 20h20. Toutefois, le passage sur les voies du RER des trains TER et Corail a entraîné une réduction de capacité.
Près de 17 km de caténaires ont été avariés. Les réparations ont pris fin dans la nuit de samedi à dimanche.


Cette communication de la SNCF sur le sujet est très instructive :
- On y apprend que l'incident ne s'est pas produit sur les voies du RER D mais sur les voies Grandes Lignes : aussi, même si nous comprenons qu'une coupure d'urgence d'électricité a du être effectuée, n'était-il pas possible de remettre la tension plus rapidement sur les voies RER non concernées ? Plus généralement, la façon dont l'alimentation électrique est gérée n'est-elle pas à revoir pour être mieux segmentée et moins pénalisante ?
- Surtout, au moment de la reprise du trafic, les trains de grandes lignes sont passés en nombre sur les voies du RER D, au détriment de ce dernier !

Or, lors d'un incident qui s'est produit sur le sud de la ligne (panne d'un train à Cesson le 30 novembre dernier), on nous avait expliqué qu'il était très difficile de faire circuler des RER, que ce soit avec ou sans arrêt, sur les voies directes car celles-ci étaient déjà très occupées et que que ceci pénaliserait les trains directs! Donc ce qui n'est pas possible dans un sens ne pose aucun problème dans l'autre ?

La SNCF vient d'être prise en flagrant délit d'enfumage, et nous a rappelé, si besoin en était, que les usagers du RER D sont des voyageurs de seconde zone. Une bien singulière façon de souhaiter des fêtes de fin d'année, non ?

N'hésitez pas à commenter cet article sur notre forum : Clic
Un incident électrique, intervenu le jeudi 27 juin vers 19h, a entraîné l'interruption de la ligne D dans les deux sens entre Orry-la-Ville et Louvres. La tension a pu être rétablie vers 20h50, mais la circulation n'a pu reprendre qu'à 21h30, des voyageurs ayant ouvert les portes des trains arrêtés dans cette zone. Cet incident a eu des répercussions sur toute la ligne, même au sud.

Le lundi de pentecôte est réputé sur la ligne D pour ses horaires et longueurs de trains inadaptés, au vu du statut toujours aussi particulier de cette journée, fériée pour certains, mais pas pour d'autres.

Ce lundi, c'est également le tout dernier train ZUCO vers Melun qui a fait parler de lui, comme vous pourrez le lire sur le témoignage qui nous a été envoyé hier. Bien entendu, celui-ci a malheureusement de fortes ressemblances avec d'autres incidents survenus sur des trains de fin de soirée (Cf le 8 octobre 2009 par exemple...) et nous l'avons remonté à qui de droit.



Les communautés d'agglomération d'Evry Centre Essonne et du Val d'Yerres, avec le soutien de l'association SaDur, lancent une pétition "Sauvons la ligne D".

Le RER D est la ligne SNCF la plus fréquentée de France (600 000 passagers par jour, + 40% en huit ans) et la plus irrégulière (20% des trains en retard, jusqu'à 76 trains supprimés par jour). Les usagers ne sont pas du bétail. Ils méritent des trains qui arrivent à l'heure !

Nous savons qu'avec 10% du coût du Grand Paris (2,5 milliards d'euros), il est possible de remettre à neuf la ligne D et de changer la vie de 600 000 usagers quotidien.
L'Etat et la région ne doivent pas l'oublier. Pour que cela change enfin, nous avons besoin de vous.

Signez la pétition "Sauvons la ligne D"

Faites circuler autour de vous !

Pendant plusieurs week-ends le trafic de la ligne D a été interrompu entre Goussainville et Creil à cause de travaux sur les voies. Des bus de substitution avaient été mis en place. Un membre de notre association nous raconte son « épopée » de ce dimanche dans l’un de ces bus, depuis la gare de Louvres :

Contrairement aux années 2010 et 2009, la météo a plutôt été clémente en Ile de France pendant ce mois de janvier. En effet, pas ou peu de températures négatives, pas ou peu de neige.... on pouvait donc s’attendre à ce que la régularité du RER D s’améliore par rapport à celle des mois de novembre et décembre, où il avait été crié que la mauvaise régularité venait avant tout des feuilles mortes et des chutes de neige.

Or, il n’en a rien été ! En janvier, les suppressions, les raccourcissements de trains en heure de pointe, les circulations de petits gris (et encore, ils ont été immobilisés quelques jours suite à l’électrisation d’un conducteur !), ont été notre lot quotidien. Comme si c’était devenu habituel.

Pire, selon les statistiques D-Collector, janvier 2011 a une plus mauvaise régularité que celle des mois de janvier des 3 années précédentes, où la mauvaise régularité avait été expliquée par les rigueurs climatiques... Mais là, rien pour en apporter une justification, puisque pas de froid, pas de neige etc...

Tout ceci nous amène à nous demander si la direction de la ligne n’adopte pas une posture démissionnaire :

- Depuis plusieurs mois, la régularité de la ligne D végète dans des moyennes catastrophiques, sans que ceci ne semble préoccuper qui que ce soit en haut lieu,

- La SNCF communique de moins en moins, sauf quand il y a une cause externe à mettre en avant ou pour nous annoncer un énième plan de secours, dont nous attendons toujours les détails, parce que, grande nouvelle, la ligne D est malade... Pourquoi par exemple la SNCF a-t-elle refusé de s’exprimer lors du reportage de France 2 du 18 janvier dernier ?

- Corollaire de ceci : Nous n’avons aucune idée sur un retour à la normale de la situation, et nous pensons pouvoir dire que nous ne sommes pas les seuls dans le cas !

Lorsque nous avons fait notre lettre ouverte à la direction de la ligne D le 22 novembre dernier, nous attendions des réponses précises sur des points précisément évoqués.

Il va de soi que nous les attendons toujours, et par écrit, pour les publier. Nous attendons dorénavant que la direction de la ligne D se ressaisisse aussi, et donne des signes forts en ce sens vers les usagers du RER D.

Informations supplémentaires