Le mercredi 28 janvier, un TGV a déraillé à la gare de Lyon. Ce jeudi 29, c'est toute la ligne D qui a subi les conséquences. Et il les subira jusqu'à ce week-end. Au moins.

Une nouvelle fois, le RER D a donc été sacrifié, pour permettre à la SNCF de dire que "Conformément aux prévisions, 95% du trafic Paris<>province est assuré".

Ce sacrifice est d'autant plus inadmissible que :
- l'information voyageurs, le matin, n'a pas permis aux voyageurs de prendre pleinement conscience de l'ampleur de la perturbation, et de changer leur fusil d'épaule. C'est une fois dans le train - et en lisant le forum de SADUR - qu'ils comprenaient que c'était bien pire qu'annoncé.
 
infogare
(Infogare à Cesson : à part les suppression, aucune information sur les retards. Il y en avait déjà)

- Les trains ont été rendus terminus prématurément sans aucune annonce préalable. Les voyageurs n'avaient plus qu'à descendre du train et se D-brouiller
- Les conditions de sécurité des voyageurs du RER D ont été plus que discutables. Il n'y a qu'à voir la photo ci-dessous du quai de Créteil-Pompadour pour se rendre compte que nous sommes passés très près d'un suraccident. A part ça un seul quai suffit pour cette gare, n'est-ce pas :

- Sur le quai, les voyageurs pouvaient observer que TOUS les autres trafics que le RER D roulaient à vitesse à peu près normale.

Les conséquences ont été désastreuses. Pour de nombreuses personnes, obligation de prendre des heures, voire des demi-journées de congés. Pour d'autres, retenues sur salaires. Pour d'autres, rendez-vous manqués. Heureusement qu'on n'était pas en période de partiels ou de concours...

Nous entendons que la situation était compliquée. Pour autant, ce matin, la SNCF a une nouvelle fois montré son incapacité à limiter les conséquences d'une perturbation qu'elle a elle même généré, faute d'entretien. Et en essayant de minimiser la communication sur ce qui se passait réellement, elle a une nouvelle fois renvoyé une image de mépris et d'irresponsabilité vis-à-vis des voyageurs qu'elle transporte. Et que de toute façon elle n'indemnisera pas.

Plus que des explications non fumeuses, ce sont de vraies excuses que nous attendons.

Informations supplémentaires