Nous avons tous vécu un été pénible sur le RER D : indépendamment des incidents récurrents de notre ligne, l'été a été caniculaire. Comme les rames du RER D ne sont pas climatisées, les trajets ont été pour beaucoup un calvaire.

D'ailleurs, les dernières remontées que nous avons eues concernent principalement ce sujet : quand les rames du RER D seront-elles climatisées ? Il y a donc bien un besoin de ce côté-là. Et la perception des usagers est que ce celui-ci ne semble pas forcément entendu.

Aussi, qu'est-il possible de faire pour y répondre ? Voici quelques éléments de réponse :

La climatisation, c'est pour quand ?

Le STIF et la SNCF nous répondent de concert : Le RER D sera climatisé quand les nouvelles rames arriveront. Toutefois, quand ces fameuses rames seront-elles mises en service ?

Pour le moment, ces nouvelles rames, aussi appelées 'RER NG', seraient identiques entre le RER E et le RER D. C'est d'abord le RER E qui serait équipé , pour son prolongement à l'ouest. une fois le RER E équipé viendrait le tour du RER D.

Et donc à quand ceci nous amène-t-il ?

Voici les éléments en notre possession :
- Il y a déjà eu 2 appels d'offres sur ce matériel, tous les deux se sont révélés infructueux. Un troisième est en cours. pour reformuler, pour le moment il n'y a toujours rien de concret
- Une fois l'appel d'offre validé, si on reprend le planning du Francilien, alors appelé NAT, on sait qu'il faut compter 5-6 ans pour que la première rame soit livrée. Car il s'agit bien ici de concevoir un nouveau type de matériel, pas d'en commander un en catalogue. Donc ça prend plus de temps. Donc pour le RER E, nous serions sur des premières rames livrées à horizon 2021, si tout va bien.
- Ensuite, il faut compter un rythme de livraisons d'environ deux rames par mois. Le besoin de parc de RER étant de 110 rames environ, en considérant un rythme de livraison de 2 rames par mois, soit 24 par an, il faudra compter,si tout va bien entre 4 et 5 ans pour que la ligne E soit entièrement équipée. Soit entre 2024 et 2025.
- C'est seulement à ce moment là que le RER D commencera à recevoir ses premières rames. Et pour qu'il soit entièrement équipé de nouvelles rames il faudra encore compter entre 4 et 5 ans supplémentaires.

Nous arrivons à une fin d'équipement en rames climatisées du RER D entre 2029 et 2031. encore une fois, s'il n'y a pas d'aléa comme il avait pu y en avoir sur le Francilien en 2010. Conclusion : Il nous reste donc entre 13 et 15 ans à subir des rames non-climatisées ! Est-ce entendable ? Pour nous non !

Cette approche pragmatique met en évidence l'intérêt à climatiser les trains du RER D :
- Nous ne sommes plus dans les délais de livraison des nouvelles rames initialement annoncés
- les matériels actuels lors de la livraison des nouvelles rames pourront être réutilisés car à cette échéance la clim sera la norme

Nous demandons donc au STIF d'étudier précisément quel est le coût et le délai associés à la mise en place de la climatisation. Notamment, combien de rames Z2N il est possible de 'climatiser' d'ici la livraison de la première rame nouvelle génération.

En attendant, nous estimons que d'autres opérations à court terme peuvent être menées sur les rames du RER D :
- Faire en sorte que toutes les fenêtres puissent s'ouvrir, et davantage qu'actuellement : ceci permettrait une circulation de plus d'air en cas de forte chaleur ou même, comme nous l'avons déjà écrit, en cas de perturbation quand les rames sont très remplies.
- Peindre le toit des wagons du RER D : il existe aujourd'hui des peintures qui réfléchissent la chaleur. Elles permettent que le soleil chauffe moins la partie peinte.
- inscrire dans les opérations d'entretien la vérification de la bonne ouverture / fermeture des fenêtres : quoi de plus désagréable, en cas de forte chaleur, que de constater qu'il n'est pas possible d'ouvrir la fenêtre à côté de soi...

Ces opérations permettraient déjà de rendre les rames plus supportables : n'oublions pas que pour une grande partie des voyageurs, la durée des trajets sur le RER D est supérieure à 30 minutes, ce qui veut dire que les conditions de voyage deviennent une préoccupation prioritaire.

La balle est donc :
- dans le camp du STIF, pour valider / financer les études
- mais aussi dans celui de la SNCF, pour réaliser les études nécessaires
Les voyageurs attendent vraiment du concret sur ce sujet !

Informations supplémentaires