Imprimer

Le 3 avril dernier (lendemain de la panne électrique à gare du Nord le matin), un client, visiblement excédé par les perturbations de la veille sur la ligne RER D, a pris l’initiative de refuser de présenter son titre de transport lors d’un contrôle en gare à Boussy St Antoine. Il s’est alors fait appréhender par les forces de l’ordre, et a été verbalisé, alors qu’il était en règle, pour 'refus d'obtempérer à un agent de la SNCF'.

Le Voyageur nous ayant contacté pour nous faire part de son témoignage, nous avons décidé de vous en parler également.

En effet, nous tenons ici à préciser que la SNCF a tout à fait le droit de verbaliser ce client. En revanche, comme pour tout il y a la loi et l'esprit de la loi, et là, plusieurs points nous ont interpelé :

 


- Nous déplorons encore une fois le décalage entre les exercices de communication dantesques qui ont été déployés cette semaine là par les hautes sphères de la SNCF dans son ensemble (rencontre avec Guillaume Pepy dans le cadre de débats-sncf.com, rencontre avec A Krakovitch à Yerres puis participation du directeur du RER D à un chat, à l’heure même où le contrôle avait lieu), et la réalité du terrain, où il n’a pas été possible pour ce client de faire entendre son mécontentement.

- Le second est le caractère incongru voire provocateur d’un tel contrôle, encore une fois un lendemain de situation très perturbée (notre témoin a eu un retard de plus d’une heure le 2 avril au matin), et par ailleurs la veille d’une journée où en guise de dédommagement les transports étaient gratuits sur le nord de la ligne. Nous ne pouvons que faire part , en ces circonstances, de notre incompréhension concernant le zèle déployé par les agents de la SNCF pour contraindre ce client à présenter son titre de transport.

- Le troisième est l'obstination de la SNCF à stigmatiser les comportements de ses clients, quand bien même la régularité de la ligne continue à se dégrader (les chiffres de régularité de la ligne sont plus mauvais en 2009 qu'en 2008 pour les 3 premiers mois de l'année). Et non seulement on lui demande de ne plus faire par affichettes interposées des choses qu'il ne fait déjà pas, mais en plus on le brime dès qu'on peut ! Comment voulez-vous que l'image de la SNCF s'améliore alors ?

Plus généralement, lors des manifestations et tractages que nous avons organisés dernièrement, de nombreux clients nous ont justement demandé quels moyens d'actions étaient à leur disposition pour faire remonter leur mécontentement, en dehors de moyens tels que manifester ou signer des pétitions. Plusieurs fois les blocages de prélèvements ont été évoqués par certains d’entre eux (mais ceci met le client en situation irrégulière sur tous les réseaux). Maintenant nous constatons que certaines initiatives individuelles spontanées (certes elles ne donnent pas de résultats probants, du moins de cette manière-là) sont en train de voir le jour
. Quelle va être la prochaine étape ?

Plutôt que de verbaliser des clients en règle, ce qui nous le rappelons encore une fois contribue au passage à augmenter les tensions entre clients et agents SNCF, il serait donc grand temps de s’attaquer aux vrais problèmes de la ligne, sans quoi une action concertée et de plus grande ampleur finira par voir le jour.