Imprimer
SaDur a été reçu par le STIF et sa directrice, Sophie Mougard, le jeudi 21 janvier dernier. L’association lui a d’abord remis l’ensemble des signatures de sa pétition lancée fin novembre, ainsi que les signatures de la pétition initiée par l’UNSA auprès des salariés de Generali à Saint-Denis, soit au total plus de 1 800 signatures.

Un point de situation a d’abord été fait sur la régularité de la ligne D. Le STIF a convenu que les chiffres étaient catastrophiques, en particulier sur les derniers mois de l’année, avec une cause bien identifiée : la disponibilité du matériel. Sur ce point, le STIF a annoncé que la SNCF avait lancé un audit interne ; cependant le STIF ne s’en satisfait pas et a décidé de lancer un audit indépendant.


Concernant les grèves de l’automne dernier, SaDur a répété que la SNCF n’avait pas assuré son service de référence minimum sur au moins un week-end, et que l’information était parfois difficile d’accès, quand elle n’était pas erronée.

La mise en place du service annuel 2014, conséquence de la mise en place du schéma directeur, a ensuite été abordé. Concernant la nouvelle gare de Créteil-Pompadour, SaDur a fait part de ses réserves au sujet de sa configuration initiale avec un unique quai desservi par deux voies, empêchant l’utilisation de la troisième voie entre Villeneuve et Pompadour, et empêchant l’utilisation de la gare comme terminus partiel en cas d’incident. Par ailleurs, SaDur a insisté sur l’augmentation significative des temps de transports pour les usagers de la grande couronne sud suite à l’ajout d’arrêts dans plusieurs gares du Val-de-Marne. SaDur a proposé que le deuxième train au quart d’heure sur la branche de Combs-la-Ville en pointe (les DECA/ZUCO) reste direct. Le STIF va étudier cette proposition mais argue la nécessité d’avoir une desserte plus simple et plus visible, en particulier de la gare de maillage de Créteil-Pompadour, et plus robuste en terme d’exploitation. SaDur a enfin évoqué la problématique de la saturation des trains, en particulier due à l’afflux prévisible de voyageurs supplémentaires en provenance de Créteil.

Concernant le moyen/long terme, le STIF a annoncé que les études sur le doublement du tunnel Gare-du-Nord / Châtelet-les-Halles allaient être lancées. La problématique de l’augmentation de la capacité de la ligne est également posée, en particulier pour la branche de Combs-la-Ville. Le STIF reste cependant réservé sur le projet « NEXT » porté par RFF, et attends des études complémentaires avant d’engager des sommes importantes. SaDur a également posé la question du matériel aujourd’hui inadapté et qu’il faudrait remplacer : là encore, une étude est lancée, mais le remplacement ne sera pas pour tout de suite, les investissements du STIF en la matière étant déjà très importants.

Le STIF a également évoqué la renégociation en cours du contrat qui le lie à la SNCF, et entends bien y associer les usagers. La part de la régularité dans le calcul du bonus/malus serait plus importante, et le STIF a bien retenu la proposition de SaDur d’obliger le transporteur à rembourser les usagers en cas de perturbation prolongée.

Enfin concernant le service annuel 2012, le STIF est ouvert aux propositions de l’association SaDur sur l’ajout de missions, comme cela avait été le cas pour le service annuel 2011.