Imprimer

Depuis sa création en 2005, l’association SADUR rencontre régulièrement les élus (maires, députés, sénateurs, conseillers-généraux, …) pour dialoguer, échanger des points de vue au sujet de la ligne D dur RER et pour proposer des solutions aux problèmes de régularité, de dessertes ou de manque d’infrastructures de cette ligne.

Les élus sont toujours présents à nos différentes manifestions. Ils relaient nos actions et nos propositions au travers de leurs moyens de communication et lors de leurs interventions.

La mise en place du moratoire concernant la desserte « Tout Omnibus » des trains de la ligne D est le résultat probant de ce travail en commun.

Dès 2007, lors de la présentation du schéma Directeur de la ligne D, nous avons alerté les élus sur le choix du STIF et de la SNCF de l’option « Tout Omnibus » qui semblait être envisagée pour la ligne D. Pendant près de deux ans le STIF s’était bien gardé de communiquer sur les évolutions du Schéma Directeur. On comprend pourquoi maintenant. Ce n’est qu’au début juillet 2009, subitement, sans aucune concertation, tant avec les usagers qu’avec les élus, que le STIF a décidé de concrétiser certaines options du Schéma Directeur en adoptant son Schéma de Principe qui validait, entre autres, la desserte « Tout Omnibus » pour le plan de circulation de décembre 2013. L’association SADUR et les élus (dont le Conseil Général de l’Essonne), ont fermement affirmé leur opposition à ce choix. Cette opposition s’est faite au travers de Communiqués de Presse et de manifestations.

La manifestation des élus, qui a eu lieu le 9 décembre 2009 devant le siège du STIF à Paris, a permis la mise en place en place d’un moratoire sur l’application de la desserte « Tout Omnibus ».


Manifestation des élus du RER C et D devant le siège du STIF le 9 décembre 2009. 


Cela ne suffit pas. Nous voulons que le STIF aille plus loin. Nous exigeons que cette option soit définitivement abandonnée.

Par ailleurs, d’autres choix sont aussi à remettre en cause. C'est le cas du projet de « Gare Pompadour » tel qu’il a été décidé et ce, bien évidemment dans le cadre d’un arrêt de tous les trains dans cette gare. Cette gare, si elle doit se faire, doit l’être dans le cadre de l’amélioration globale du fonctionnement de la ligne D, dans l’intérêt de tous ses usagers, et non pas être conçue et construite comme une gare au rabais, dans laquelle il ne serait plus techniquement possible de s'arrêter en cas de perturbation majeure par exemple !

L'association SaDur ne se contente pas du moratoire. Le maintient du projet de « Gare Pompadour » dans sa configuration avec un quai central et deux voies, créera un nouveau point noir sur la ligne.

Nous demandons donc à ce qu'il soit aussi consigné que ce moratoire concerne également Pompadour, et nous demandons à ce qu'une réflexion d'urgence soit menée sur ce nouvel aménagement de la ligne D, pour que celui-ci devienne synonyme d'amélioration concrète pour la ligne et non de nouvelle difficulté.


Les Elus et l’association SaDur, ne considèrent pas que le moratoire obtenu est un succès. C’est juste une étape. D’autres décisions doivent être prises, dans l’intérêt des Usagers et uniquement dans leur intérêt.

› Communiqué de Presse des Elus des lignes RER C et D
› Communiqué de Presse de l'Union des Maires de l'Essonne
› Communiqué de Presse du Conseil Général de l'Essonne

› Réagissez à cet article dans le forum


Photos de la manifestation des elus devant le siège du STIF le 9 décembre 2009

(photos M. Duranton et F. Durovray)