Imprimer

Mr Nicolas Dupont-Aignan, député-maire de Yerres, a organisé une réunion publique  le 2 avril 2009 au sujet du RER D.

Cette réunion, prévue depuis plus d'un mois, a eu lieu par une pure coïncidence le soir de la fameuse grande panne électrique survenue à Gare du Nord le matin même et qui a bloqué le trafic des trains durant de nombreuses heures. Pour dire que la SNCF et RFF, qui étaient invités à débattre avec les élus et les usagers, étaient bien plus qu'attendus.

Etaient invités à cette réunion : Mr Laurent Béteille, Sénateur-Maire de Brunoy, Mr Alain Krakovitch, Directeur de la ligne D, et Mr Etienne Rousselet, directeur régional à RFF.

de gauche à droite : Mr Alain Krakovitch, Mr Nicolas Dupont-Aignan, Mr Etienne Rousselet et Mr Laurent Béteille

  

De nombreux Yerrois (près de 200 personnes) s'étaient déplacés pour poser des questions à la SNCF et à RFF et tenter d'avoir des explications et des engagements de leur part.

En introduction, les maires de Yerres et de Brunoy ont rappelé leur implication et leur engagement dans le dossier du RER D, et ce depuis de nombreuses années, au près de la SNCF, de RFF et du STIF afin que ceux-ci apportent des solutions durables aux problèmes de cette ligne, problèmes qui ne font que s'accroître au fil des années.

La SNCF a, comme à son habitude, commencé par faire l'éloge de son plan D-Maintenant. Mais, et cela est nouveau, a fini par avoir un discours plus sincère en reconnaissant que l'année 2008 n'avait vraiment pas été bonne pour la ligne D et que les premiers mois de l'année 2009 furent vraiment mauvais. Le directeur de la ligne D admet qu'au mieux les actions du plan D-Maintenant permettront de stabiliser la situation et cela en attendant la réalisation des travaux prévus au Schéma Directeur. Il estime le montant de ces travaux à 500 millions d'euros et n'entrevoit, en l'état des choses, aucune amélioration notoire avant 2013.

RFF, quant elle, vit sur une autre planète et semble faire peu de cas de la situation de la ligne D et de ses usagers : Ils n'ont pas d'argent, les travaux sont longs à être décidés et à être réalisés, il y a d'autres priorités... Bref, le temps pour eux, et leurs préoccupations, ne sont pas les mêmes que pour le reste des usagers de la SNCF... surtout ceux de l'Île de France !

Les questions de l'assistance furent nombreuses et les thèmes abordés étaient variés. La SNCF a répondu à toutes les questions, mais ses réponses vont toutes dans le même sens : "la situation est difficile, très difficile et elle risque de durer ... longtemps, très longtemps".

En ce qui concerne le retour à la D12, la réponse est clair : "Nous resterons en D8 tant que les travaux d'infrastructures nécessaires pour créer des garages ou des voies de retournement ne seront pas réalisés".

En conclusion, les élus, la SNCF, RFF et Sadur partagent le même constat : ça va mal et même très mal.  Tous espèrent que le STIF votera en juillet le schéma de principe du Schéma Directeur de la ligne D proposé en novembre 2006, en espérant que grâce à lui les choses aillent mieux... en 2013 !

Réagissez à cet article dans le forum