Le week-end des samedi 12 et dimanche 13 août, d’importants travaux ont été réalisés afin de moderniser le poste d’aiguillage contrôlant la zone au nord de Gare du Nord. Ces travaux ont impliqué d’importantes modifications de dessertes:

* Le samedi 12 jusqu’à 22h30 et le dimanche 13 toute la journée, la ligne D circulait normalement, la ligne B était coupée entre Gare du Nord et Aulnay. Les voyageurs de cette ligne étaient donc invités à prendre un RER D jusqu’à la gare de Stade-de-France puis des bus de substitution en direction des différentes gares entre La Plaine et Aulnay, ainsi que Roissy-CDG1.

* le samedi 12 après 22h30, les restrictions étaient plus importantes puisque l'ensemble des lignes d'Ile-de-France, TER et TGV (y compris Eurostar, Thalys) était concerné
> la ligne D était exploitée en 2 parties: le sud au sud de Gare de Lyon et le nord au départ de Paris-Nord surface.
- dans le sens sud-nord, les trains desservaient St-Denis puis toutes les gares entre Pierrefitte-Stains et Creil. La gare de Stade de France n'était pas desservie;
- dans le sens nord-sud, les trains venant de Creil desservaient toutes les gares jusqu'à Garges Sarcelles, puis St-Denis avant d'arriver à leur terminus à Paris-Nord surface. Ni Pierrefitte-Stains, ni Stade de France n'étaient desservies;
- la gare de Stade de France était desservie par des navettes bus depuis la gare de St-Denis.
> la ligne B étant interrompue entre Châtelet - Les Halles et Aulnay, et la gare de Stade de France n'étant plus desservie, les navettes bus partaient de Gare du Nord (accessible par la ligne 4 du métro) en direction des différentes gares.
> la ligne H était coupée entre Paris-Nord et St-Denis: les voyageurs étaient invités à prendre les trains de la ligne D pour rejoindre cette dernière gare (des missions complémentaires avaient été mises en place entre Paris-Nord et St-Denis à cet effet).

Une affiche dans la gare de Goussainville annonçant les travaux

Ce joli schéma théorique n'allait cependant pas se dérouler tout à fait comme prévu.

22h35: via la ligne 2, station La Chapelle, j'arrive dans la salle d'échanges RER de la gare du Nord. Tout semble se passer comme prévu: les accès aux voies 41 et 44 (gare souterraine) sont fermés par des rubans, de grands panneaux indiquent en lieu et place de la desserte habituelle de la ligne D les départs en gare de surface, une vingtaine de gilets roules sont là pour guider les voyageurs vers les voies 18 et 19, d'où partent en principe les trains de la ligne D. L'application SNCF indique que tous les départs ont lieu voie 19.

Panneaux travaux
Les panneaux indiquant les travaux, au fond, des gilets rouges déployés pour l'occasion

Il ne me reste donc qu'à emprunter le passage souterrain des grandes lignes pour arriver en voie 19. Les prochains trains au départ indiqué sur l’application SNCF, tous de la voie 19 donc, étaient un train EULA à destination de Saint-Denis à 22h45, suivi d’un train SULA à destination de Creil à 22h53. Mais en arrivant sur le quai, il n'y a pas de train, juste des voyageurs en attente d'un hypothétique train.

22h40: un RER D se trouve en voie 17. Pour en savoir plus, il me faut changer de quai, soit par la tête de quai, soit par le passage souterrain qui arrive au milieu des différents quais. J'opte pour le souterrain. Sur place, aucune information ni sur l'écran du quai, ni dans le train (puisque aucun afficheur n'est installé dans ce train), aucun gilet rouge n'est en vue sur le quai et l'application SNCF continue à indiquer tous les départs en voie 19. Il me reste à remonter le quai jusqu'à la plateforme, pour aller à la rencontre des gilets rouges. Il y a en a 4 ou 5, entouré par beaucoup de voyageurs cherchant désespérément des informations. Malheureusement, les gilets rouges n’ont pas plus d’information, et ils ne savent pas no plus où va le train qui se trouve en voie 17. D’autres usagers informent les gilets rouges que le train est à destination de Saint-Denis, puisque le conducteur l'a annoncé dans le train. Pendant ce temps, j’oriente des voyageurs perdus voulant se rendre à Lieusaint vers la gare de Lyon afin de pouvoir prendre un train pour Melun.

Plan de situation de Paris Nord surface
Plan de situation de Gare du Nord surface



A ce moment, un autre RER D arrive sur voie 16, vide.

Je commence à remonter le quai vers la tête de train: la voiture de queue (la première depuis la plateforme) est bondée. Un des voyageurs hurle après un autre, il n'en vient pas aux mains avec lui car d'autres voyageurs le retiennent. Pendant ce temps, les voitures de tête sont quasiment vides, les agents, déjà totalement dépassé par les événements, n’invitant pas les voyageurs à remonter le train pour voyager assis.

22h45 passées: c’est sûr, le premier train prévu pour Saint-Denis aura du retard. Quant au train à destination de Creil, on suppose qu’il pourrait s’agir du train sur voie 16, mais sans la moindre certitude, faute d’annonce et d’information. Par une annonce dans le train de la voie 17 pour Saint-Denis se fait entendre, le conducteur indique qu’il attend le déploiement d’agents sur l’ensemble de la rame afin de pouvoir procéder au départ.

Les voyageurs discutent sur le quai afin d’essayer de comprendre comment rentrer chez eux en ce samedi soir. En particulier, j’entends un voyageur, valise à la main, qui a été dirigé sur ce quai par les gilets rouges, et qui souhaite se rendre en gare de La Plaine Stade-de-France (RER B). Je dois lui expliquer, smartphone et fiche travaux à l’appui, qu’il a tout intérêt à se rendre sur le parvis de la gare afin de prendre un bus de substitution du RER B afin de rejoindre sa destination.

22h56: une information arrive ! une annonce sonore est faite dans la gare pour indiquer que le train pour Creil, prévu initialement à 22h53, est bien celui de la voie 16. Les gens commencent à monter, le train se remplit rapidement. L'annonce sonore est passée 2 ou 3 fois, puis plus rien ne se passe.

La desserte du train
L'infogare a annoncé la desserte du train… 3 minutes après son départ théorique. Il indique aussi notre ligne est devenu le transilien H.



23h04: un gilet rouge remonte le train pour aller voir le conducteur, à la recherche d'éventuelles informations. Peu de temps après, de nouvelles annonces sonores sont passées concernant la desserte du train de la voie 16. Il sera le premier train à partir, le train en direction de Saint-Denis, voie 17, est donc supprimé. Les annonces s’intensifient, on nous indique que le départ est imminent, qu’on est sur le point de partir, et qu’on doit faire attention à la fermeture des portes. Serait-ce enfin la fin de ce calvaire ?

23h09: aucun train n'a quitté la gare du Nord, mais un 3e train arrive en voie 15. Celui-ci est rempli de voyageurs venant du nord. De longues minutes passent. Notre train voie 16 continue à se remplir, mais il n’y a plus aucune annonce.

23h17: l'information voyageur a totalement disparu. Seules nous parviennent celles du conducteur du train voie 17 indiquant régulièrement que son train pour Saint-Denis est supprimé. On voit passer des agents de la SUGE (police ferroviaire) sur le quai, en direction de la tête du train.

23h29: alors que certains voyageurs continuent à monter dans le train, que d'autres en descendent à cause de la chaleur dans la rame et du manque d'information, notre conducteur prend la parole pour nous indiquer que notre départ est pour le moment retardé: des signaux d’alarme ont été tirés, les agents de la SUGE cherchent à les localiser afin de les réarmer. Nous sommes également invités, si on voit où ont été tirés ces signaux, à les indiquer auprès de la SUGE.

23h33: les choses s’accélèrent. Notre conducteur commence à annoncer le départ de notre train. Il s’interrompt. S’en suit immédiatement après une annonce sur le quai, audible de l’intérieur du train en tendant l’oreille via une des nombreuses fenêtres ouvertes dans la rame, que le prochain train à partir sera un train à destination de Saint-Denis, et qu’il partira de la voie 15. Notre train étant voie 16, la voie 15 se trouve sur le quai à côté, il faudra donc emprunter la plateforme ou le passage souterrain pour rejoindre ce train. Certaines personnes descendent du train et se lancent dans l'opération de changement de quai.

23h35: alors que la transhumance de la voie 16 vers la voie 15 se poursuivait, le signal sonore de notre train voie 16 retentit sans avertissement. C’est à la fois un grand signe d’espoir de départ de notre train, mais aussi beaucoup d’inquiétude pour les gens sur le quai et ceux qui venaient juste de sortir puisqu’ils se mettent à courir pour remonter dans le train. Le signal sonore retentira 3 fois, mais sans être suivi d'une fermeture de portes.

23h40: après cette phase d'agitation, c’est à nouveau le désert en terme d’information. Un 4e train rempli de voyageurs fait son entrée sur la voie 18. On peut aussi entendre des coups de sifflets dans le lointain, sans avoir la possibilité de localiser précisément leur origine

23h41: on comprend que les coups de sifflet concernaient le train sur voie 15, qui sera parti pour St-Denis avec peu de monde à bord

23h43: notre conducteur nous indique que notre départ est imminent. Encore. Maintenant que le train pour Saint-Denis est parti, nous sommes, selon lui, les suivant sur la liste des départs. Nous attendons juste l’éloignement du train précédent et le feu vert.

23h47: une nouvelle annonce est faite sur le quai. Le prochain train pour Creil partira voie 18. Certaines personnes, proches des fenêtres, ont pu capter le message et commencent à se lever. Elles sont rapidement suivies par les autres, car le mot est vite passé à l’intérieur de ma voiture. Une partie de la rame, selon les voitures, commence à se vider, et se dirige vers l'accès au passage souterrain. Il n' y a cependant toujours aucune info affichée sur les écrans, aucun gilet rouge présent sur le quai, à proximité des escaliers ou encore dans le passage souterrain afin de guider les voyageurs vers la voie 18.

23h55: le train est pas mal rempli, mais des gens sont restés sur voie 16. Pour la n-ième fois de la soirée, sur le quai voie 18, on entend une annonce indiquant le départ imminent du train. Mais cette fois, l’annonce est suivie de coups de sifflet.
Mais avant de partir, une ultime frayeur arrive. Un nouveau message sonore est diffusé, indiquant que le prochain train pour Creil partira de la voie 16. Mais les gens sont las, exténués, résignés et ne font même plus attention. Il n'y a donc même pas de mouvement de foule.

23h58: les gens ne sont heureusement pas repartis vers la voie 16. Enfin ! es portes sonnent, se ferment, et le train part enfin. C’est donc le premier train à partir pour le nord de la ligne depuis une heure et trente minutes.

Le reste du voyage se déroulera sans encombre, du moins jusqu’à Goussainville ma destination.

Plan de situation de Paris Nord surface
Résumé, dans l'ordre d'arrivé des trains dans la gare, et l'heure de leur départ

Post-scriptum:
00h06: nous arrivons à St-Denis, voie 7. Deux Franciliens de la ligne H se trouvent voie 5 et voie 4. Du train, je ne vois que les écrans de la voie 5: ils indiquent qu’il s’agit d’un train à destination de Pontoise, dont le départ est retardé. Ce train intéresse donc pas pas mal de voyageurs, puisque la navette Paris - St-Denis précédente n'avait embarqué que peu de voyageurs.
Mais, alors que, retardé, il semblait attendre l'arrivée de notre train pour partir, ce train pour Pontoise ferme ses portes 5 secondes après notre arrivée en gare, rendant illusoire tout espoir de correspondance. J’ai donc pu voir les premiers voyageurs, qui ont couru pour prendre le train voie 5, trouver portes closes, essayant d’appuyer sans succès sur le bouton d’ouverture des portes et en tapant, impuissants, sur les portes, espérant que le train s’arrête et rouvre ses portes.

Durant la soirée, l'association tenait un live tweet des événements


Les événements de ce samedi soir nous font, une fois de plus, constater que la SNCF n’est pas capable de communiquer avec elle même, et d’apprendre de ses expériences précédentes.
Cela arrive alors qu’au début de ce mois ci, une situation perturbée et extrêmement mal gérée en terme d’information voyageur a eu lieu en gare Montparnasse. La fermeture d’une partie de la ligne, ça s’est déjà vu par le passé, ça a eu lieu au mois de mars en gare de Lyon. C’est actuellement également le cas en gare St-Lazare, avec la fermeture de la ligne A, où des dizaines de gilets orange orientent les gens, et le système marche plutôt bien.
Les trains de banlieue qui partent d'une gare parisienne, ça existe dans d’autres gares, notamment à St-Lazare où des agents sont dans les voitures les plus proches de la plateforme afin d’inciter les gens à se répartir sur le quai, et donc éviter que tout le monde se retrouve entassé dans seulement un tiers du train.

N'hésitez pas à réagir à cet article sur le sujet dédié sur notre forum !

Informations supplémentaires